Profil membre
logo-ccid

Archives

Drummondville, le 15 mai 2018 – Lors de l’assemblée générale annuelle de la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID) tenue hier soir le 14 mai au Club de Golf de Drummondville, la présidente sortante, Mme Linda Desrochers, a présenté le rapport annuel 2018-2019 de l’organisation. Aux premières heures de la nouvelle année, la CCID peut maintenant compter sur M. Dominic Guévin, directeur général du Collège St-Bernard, à titre de président et sur quatre nouveaux administrateurs au conseil d’administration qui représenteront différents secteurs de l’économie locale.

Bilan de la saison 2018-2019

Étant la deuxième plus jeune femme à avoir occupé le poste de présidente dans l’histoire de la CCID, Mme Linda Desrochers a tracé un bilan positif de son année. « La dernière saison en fût une de changements qui se sont avérés fort positifs! » Changements au niveau de la permanence de la CCID, du conseil d’administration, d’organisation des activités et de modèle de gouvernance, ont permis à l’organisme de bénéficier d’une profitabilité dans 96% des cas. « Avec le recul, j’ai réalisé l’ampleur des projets portés, des dossiers majeurs traités et le nombre d’événements organisés dans les derniers mois pour les membres et c’est un honneur pour moi d’y avoir participé activement », a souligné en toute humilité Mme Desrochers.

Elle a ensuite transmis les rênes de la présidence à M. Dominic Guévin en lui réitérant sa confiance. Le président sera accompagné de quatre nouveaux administrateurs élus hier soir par les membres : M. Simon Coderre d’Emballage Coderre, Mme Johanne Lachapelle du SAE, M. Marc Tremblay de la Bijouterie Lampron et Mme Marie-Claude Trépanier de l’UQTR.

Un début de soirée animée par M. Richard Voyer

Le milieu des affaires s’est regroupé en début de soirée pour assister au dévoilement des nouvelles installations du Club de Golf de Drummondville et obtenir un avant-goût du futur terrain de golf qui devrait être acquis par SOPREMA. Sous l’animation conviviale de M. Richard Voyer, les convives ont constaté la modernisation du chalet aménagé avec style et où les fonctionnalités techniques ajoutées seront desservies une plus large clientèle désireuse de tenir des rencontres dans les locaux du Club de Golf de Drummondville. Tour à tour, M. Voyer, le maire Alexandre Cusson et le directeur général de la CCID, M. Yves Chabot, ont rappelé l’importance d’accompagner nos joyaux locaux à tracer leur place sur un plus large marché. M. Voyer a d’ailleurs été chaleureusement remercié pour sa contribution significative au développement de la région et tous lui ont réitéré leur appui.

– 30 –

Photo du conseil d’administration 2019-2020 de la CCID :

Dans l’ordre habituel :

1e rangée : Pierre Pepin, vice-président, Linda Desrochers, présidente sortante, Dominic Guévin, président, Dominique Noiseux, première vice-présidente et Nicolas Bouchard, vice-président et trésorier.

2e rangée : Xavier Fillion, administrateur, Johanne Lachapelle, Marie-Claude Trépanier, administratrices et Simon Coderre, administrateur.

À l’arrière : Yves Chabot, directeur général, Daniel Wysocki et Marc Tremblay, administrateurs.

À noter que MM Serge Bernier, Roger Lauzière et Laurent Proulx, absents de la photo, ont également été nommé administrateur.

Photo : Frédéric Côté

Drummondville – le 13 mai 2019 – La volonté du gouvernement de stimuler le retour ou le maintien en emploi des travailleurs expérimentés contribuera à répondre aux besoins en main-d’œuvre des employeurs québécois, affirment la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID). Les organisations croient toutefois que les liens établis avec les entreprises au cours de la première phase de la Grande corvée du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale doivent être réitérés de façon périodique.

« Les travailleurs expérimentés québécois sont une des solutions à la pénurie de main-d’œuvre et c’est pourquoi la volonté du ministre de les attirer ou les retenir sur le marché du travail est une bonne nouvelle », commente Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. La FCCQ dévoilait, en novembre dernier, une étude qui recense les bonnes pratiques d’attraction et de rétention des travailleurs expérimentés et énonçait des recommandations pour y arriver.

« Cela dit, il demeure essentiel de maintenir l’appui aux entreprises, car un succès dans la Grande corvée 1.0 ne signifie pas que les défis ont tous été surmontés », ajoute Mme Linda Desrochers, présidente de la CCID. « Plusieurs entreprises, particulièrement les PME, n’ont pas accès à des spécialistes en ressources humaines à l’interne et c’est pourquoi, nous espérons que les démarches faites en première phase par le gouvernement, s’additionneront à cette nouvelle phase », affirme Mme Desrochers.

Pour la FCCQ et pour la CCID, tant les travaux de la Grande corvée des derniers mois que les mesures annoncées dans le budget de mars dernier constituent un premier pas et des mesures permanentes de soutien aux entreprises doivent être mises en place. « La réduction des impôts des travailleurs expérimentés et celle des charges sur la masse salariale pour les entreprises qui les embauche constituent des mesures gagnants-gagnantes », souligne Stéphane Forget, qui souhaitait lors du dépôt du budget du gouvernement du Québec que l’aide aux petites entreprises puisse être étendue aux plus grandes, à la lumière des résultats de ces mesures.

« Pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre et aider les entreprises à poursuivre leur croissance dans notre économie en pleine transformation, il importe que les interventions soient apportées en profondeur, car l’horizon à long terme montre que les défis de main-d’œuvre seront encore nombreux », rappelle la présidente de la CCID.

« Nous devons veiller à ce que les travailleurs d’aujourd’hui et de demain aient les compétences qui correspondent aux besoins du marché du travail et faire une place à toutes les personnes en mesure d’y contribuer, que ce soient les travailleurs expérimentés, les personnes immigrantes et celles plus éloignées du marché du travail ainsi que, bien sûr, les jeunes », conclut Stéphane Forget.

– 30 –

Rapport de la Table nationale de concertation sur l’emploi saisonnier

Québec, le 18 avril 2019 – La mise en œuvre des recommandations de la Table nationale de concertation sur l’emploi saisonnier permettra de valoriser les emplois saisonniers, dont la contribution à l’économie québécoise est importante, soulignent la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID).

Parmi les recommandations issues des travaux de la Table de concertation, à laquelle siège la FCCQ, on trouve la poursuite du projet pilote en soutien aux travailleurs saisonniers, accompagné de 8 M$ pour l’année 2019-2020, ce qui est positif aux yeux de la FCCQ et de la CCID.

« L’offre de formation continue déjà offerte au sein de nos institutions à Drummondville est un bon moyen d’augmenter les compétences des travailleurs, tout en prolongeant leur durée d’emploi. Ces périodes de formations permettent à plusieurs de combler la période sans travail et sans assurance-emploi. Pour les employeurs, cela signifie à la fois une meilleure productivité et une meilleure rétention de leurs travailleurs », a déclaré Madame Linda Desrochers, présidente de la CCID.

« Les emplois saisonniers sont d’importants moteurs de l’économie de plusieurs régions du Québec, dans des industries variées comme le tourisme et l’agriculture », commente Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « Un emploi saisonnier n’est pas un sous-emploi! », ajoute Mme Desrochers.

Pour la FCCQ et la CCID, il importe de diversifier la production des entreprises ayant recours à des travailleurs saisonniers et d’accompagner les employeurs afin d’organiser le partage de cette main-d’œuvre entre les entreprises. « Des initiatives porteuses avaient besoin de financement récurrent pour devenir permanentes et ainsi contribuer à faire face à la pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs », précise la présidente de la CCID. « Pour y arriver, un Fonds soutenant la diversification des activités des entreprises saisonnières sera mis en place, une proposition de la Table régionale de concertation sur l’emploi saisonnier de la Côte-Nord », souligne Stéphane Forget.

Avec le vieillissement de la population et la pénurie de main-d’œuvre qui y est liée, la FCCQ et la CCID insistent pour que les personnes aptes à l’emploi puissent contribuer pleinement à la croissance économique, durant de plus longues périodes. « La solution doit passer par des mesures permanentes et non la simple prolongation des périodes de couvertures de l’assurance-emploi », insiste Mme Desrochers. « Le Québec a besoin de tous ses travailleurs pour contribuer au dynamisme de l’économie de toutes les régions québécoises », conclut Stéphane Forget.

-30-

Drummondville, le 20 mars 2019 – La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a dévoilé aujourd’hui les finalistes de la 39e édition du concours Les Mercuriades. Parmi les entreprises qui se sont démarquées cette année, deux sont membres de la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID). Il s’agit de :

  • Métalus, finaliste dans la catégorie Manufacturiers innovants Investissement Québec
  • SOPREMA, finaliste dans la catégorie Employeur de l’année Manuvie

La CCID félicite ces entreprises pour leurs nominations parmi les finalistes du concours Les Mercuriades. « C’est un grand privilège de pouvoir reconnaître le travail effectué par ces trois entreprises. Elles se démarquent par leur leadership, leur ambition et contribuent au développement économique de la région. Elles dynamisent et enrichissent notre milieu d’affaires », affirme Mme Linda Desrochers, présidente de la (CCID).

Métalus est une PME en sous-traitance reconnue et spécialisée pour la transformation du métal en feuille et l’assemblage mécano soudé de l’acier, de l’aluminium et de l’acier inoxydable. Ses activités industrielles se concrétisent par le poinçonnage et pliage de métal, la découpe laser, la coupe de tubes, l’extrusion et la fabrication de structures de camions génériques.

SOPREMA est une entreprise manufacturière d’envergure internationale qui se spécialise dans la fabrication de produits d’étanchéité, d’isolation, de végétalisation et d’insonorisation pour les domaines de la toiture, de l’enveloppe du bâtiment et du génie civil.

Les entreprises finalistes du concours Les Mercuriades ont été sélectionnées au terme d’un processus rigoureux et selon des critères bien définis, tels que la taille de l’entreprise, le marché dans lequel elle évolue, ses réalisations, sa santé financière et sa capacité de croissance. Les lauréats du concours Les Mercuriades 2019 seront dévoilés lors de la grande soirée de gala du 29 avril 2019, au Palais des Congrès de Montréal.

La participation au concours Les Mercuriades de la FCCQ est l’occasion, pour les candidates et entreprises, d’être reconnues pour leur travail d’exception. « Nous sommes fiers, par notre concours Les Mercuriades, de faire découvrir ou redécouvrir au public des entreprises québécoises se distinguant dans leurs secteurs d’activités. Elles sont la preuve que le Québec jouit d’une diversité de PME et de grandes entreprises qui se démarquent par leur savoir-faire, leur ambition ainsi que par leur leadership et qu’elles constituent des modèles inspirants pour la relève en affaires », a déclaré Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

 

La tournée des finalistes à Drummondville le 5 avril

La sélection des entreprises finalistes de la région de Drummondville au concours Les Mercuriades sera annoncée officiellement le 5 avril, pendant un recontre privée de la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond, dans le cadre de la Tournée régionale des finalistes organisée par la FCCQ en partenariat avec le Fonds de solidarité FTQ.

 

À propos de la FCCQ

Grâce à son vaste réseau de près de 140 chambres de commerce et 1 100 membres corporatifs, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) représente plus de 50 000 entreprises exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d’affaires et d’entreprises du Québec, la FCCQ est à la fois une fédération de chambres de commerce et une chambre de commerce provinciale. Ses membres, qu’ils soient chambres ou entreprises, poursuivent tous le même but : favoriser un environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

 

– 30 –

Dévoilement des finalistes du E35

Drummondville, le 19 mars 2019 – La Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID) a présenté ce mardi soir lors d’un coquetel privé au Collège St-Bernard, le nom des finalistes du tout nouveau gala; le E35. Une trentaine d’entreprises et d’entrepreneurs recevront donc les honneurs le soir du 26 avril au Centrexpo Cogeco sous le regard attentif de près de 700 convives. Cette soirée, sous le thème « Jeu et lumière » sera animé par l’improvisateur de renom François-Étienne Paré, un animateur qui saura vous divertir et reconnaître l’excellence entrepreneuriale à son juste mérite.

Voici donc les finalistes par catégorie:

Industrie 2-50 employés: Conceptions JIPwork, La Feuille Verte et MS Gregson.

Industrie + de 50 employés : CVTech-IBC, Planchers Bois-Francs Wickham et Venmar Ventilation ULC.

Commerce 2-20 employés : Le 200 Brock, Centre TS et LavXel.

Services : Groupe Degrandpré, Habitations Jutras et Pluritec

Agroalimentaire : Ferme Avicole A. Benoit et Kefiplant

Récréotourisme : L’Escarpée, L’Issue Jeu d’évasion et Musée National de la Photographie.

Travailleur.se autonome : Clo Design, Fagnan Relations publiques et Sinergo.

Bonnes pratiques RH : Caisse Desjardins de Drummondville, Habitations Jutras et Technocell.

Impact dans la région : Caisse Desjardins de Drummondville, Promutuel Assurance Centre-Sud et SAE Centre-du-Québec.

Gestionnaire féminine : Johanne Lachapelle du SAE Centre-du-Québec, Nancy Martel de Bell Média Énergie 92,1 et le 105,3 Rouge et Jessica Ebacher de la Jeune Chambre de commerce de Drummond.

Gestionnaire masculin : Carl Jutras d’Habitations Jutras, Éric Verrier de Verrier & Associés et Serge Grégoire des écoles Roméo-Salois et Jésus-Adolescent.

Cette année, pour une première fois, trois entreprises seront reconnues dans certaines catégories par la CCID pour s’être démarquées de façon exceptionnelle. Ainsi, l’entreprise Recyc PHP recevra le prix Accueil et intégration pour ses stratégies de renforcement et de valorisation des réussites et son développement d’outils adaptés d’encadrement envers les employés ayant des limitations physiques et-ouémotionnelles.

L’entreprise La Feuille Verte sera reconnue dans la catégorie Relève et transfert d’entreprises pour avoir transporter l’entreprise acquise à un niveau supérieur et pour la diversification de sa production.

Finalement, Buropro Citation sera reconnue pour ses investissements importants en immobilisation dans la région, ses fortes stratégies de développement de marché et sa promotion de valeurs éducatives dans la catégorie Commerce + de 20 employés.

Le titre d’Ambassadeur sera remis à un homme influent dans le monde du transport, le Drummondvillois d’origine Monsieur Jean-Jacques Ruest, président-directeur général au CN.

Les billets et tables sont actuellement en prévente au www.ccid.qc.ca. Tous sont invités à venir célébrer les 35 ans du gala des affaires de la région le 26 avril prochain dans une ambiance festive où le mérite entrepreneurial en sera la pincipale vedette.

La CCID remercie tous ses partenaires du E35 dont son présentateur la Ville de Drummondville et ses partenaires platine EgR, Desjardins Entreprise Centre-du-Québec et Deloitte.

-30-

Drummondville, le 4 mars 2019 – Ce vendredi, 8 mars, Journée internationale des femmes, la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID) et Promutuel Assurance Centre-Sud recevront Pénélope McQuade et Alain Labonté lors d’un dîner-conférence afin d’échanger sur la place des femmes en 2019. Cet échange ce veut un moment de réflexion entre hommes et femmes sur des sujets tels que l’implication des hommes dans la lutte pour l’égalité, la perception publique des femmes leaders versus celle des hommes et l’amitié homme-femme.

Pénélope McQuade, animatrice engagée et concernée par l’égalité des sexes dans la société, a participé à la création du livre « Moi aussi j’aime les femmes » de l’auteur Alain Labonté. Sous forme de correspondances, ces deux amis ont apporté des réflexions constructives, mais aussi sensibles en lien avec l’actualité des dernières années.

« Je cherchais depuis un moment par quel biais je pourrais apporter mon humble contribution à la discussion sur les enjeux touchant mes soeurs. Les dernières années ont rendu mon silence inconcevable et m’ont donné envie d’écrire ma solidarité, ma compassion, mon indignation, ma colère, mon espoir. J’ai non seulement hâte que vous l’ayez entre les mains, mais j’ai surtout très envie de discuter avec vous de ce qu’il y a dedans. » Pénélope McQuade

« Nous, les hommes, nous avons vu nos mères, nos soeurs et nos amies devoir se battre pour être reconnues à leur juste valeur. Aujourd’hui, alors qu’il reste du chemin à faire, comment pouvons-nous contribuer aux changements des perceptions? Quel rôle pouvons-nous jouer? Où est notre place dans ce débat? » Alain Labonté

Ce premier événement sous forme de réflexion s’inscrit dans une démarche de développement social et de responsabilité collective. Vous êtes donc invités à y participer et à devenir un acteur du changement. Sachez qu’il sera possible pour les convives de se procurer le livre « Moi aussi j’aime les femmes » et de le faire dédicacer sur place au coût unique de 20$. Vous aussi, faites partie du nombre en vous inscrivant au www.ccid.qc.ca.

-30 –

La Chambre de commerce et d’industrie de Drummond est actuellement en mode recrutement!

Nous sommes à la recherche d’un agent(e) de développement et services aux membres.

Voir l’offre: Description de tâches – agente de développement et services aux membres

Votre curriculum vitae peut être envoyé par courriel à l’attention de M. Yves Chabot à : direction@ccid.qc.ca

Drummondville, le 19 février 2019 – La Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID), la Ville de Drummondville et la Jeune Chambre de commerce de Drummond (JCCD) invitent les citoyennes et les citoyens de la MRC de Drummond à suivre le Souper du maire 2019 en direct le soir du 26 février, dès 19 h, sur les ondes de NousTV ou via les différentes plates-formes Web de la Ville.

Lors de cette soirée, le maire de Drummondville, M. Alexandre Cusson, s’adressa aux Drummondvilloises et aux Drummondvillois pour leur parler des projets phares de la Ville de Drummondville pour l’année à venir, une année particulièrement fertile en matière d’investissements structurants.

Les gens ne pouvant être sur place pourront suivre en direct l’allocution du maire sur la chaine NousTV (Câble 3 ou HD 555), en webdiffusion sur le site Web de la Ville de Drummondville (www.drummondville.ca), en Facebook live sur la page Facebook de la Ville (facebook.com/villedrummondville) et en commentaires sur le compte Twitter de la Ville (twitter.com/VilleDrummond).

 

– 30 –

Drummondville, le 12 février 2019 – Lors de la campagne électorale de 2018, des engagements fermes en matière de santé ont été pris par le candidat André Lamontagne et la Coalition Avenir Québec, notamment celui de redonner un CISSS au Centre-du-Québec en présence du maire et président de l’UMQ Alexandre Cusson. Cet engagement a été réitéré suite à l’élection du gouvernement de François Legault.

« Cet engagement qu’on a pris date de la loi 10. Ce n’est pas une affaire à laquelle je vais penser

du matin au soir, mais quand mon premier ministre m’a confié cette nouvelle charge,

 j’ai validé avec lui. Il m’a dit: André, c’est ça qu’on a annoncé et

 c’est là qu’on s’en va. »

-André Lamontagne, député de Johnson et ministre responsable de la région du Centre-du-Québec, tel que rapporté par le journaliste Marc Rochette dans l’article André Lamontagne pour un CISSS au Centre-du-Québec dans l’édition du 19 octobre 2018 du Le Nouvelliste

Le dossier ne semblant pas faire l’unanimité au Centre-du-Québec, la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID) se questionne ouvertement sur le réel pouvoir du ministre régional afin de réaliser sa promesse.

Depuis l’engagement ferme de réimplanter un CISSS à Drummondville par la CAQ, le message du nouveau gouvernement dérive et se dilue lentement vers la quête de l’obtention d’un consensus dit régional et d’un compromis de restauration de l’autonomie en santé et services sociaux. Les intervenants de la région demeurent d’ailleurs sans nouvelle d’une proposition de rencontre qui devait être organisée suite à un tête-à-tête entre le CIUSSS MCQ et les députés caquistes qui a eu lieu le 14 janvier dernier.

« Notre ministre responsable du Centre-du-Québec, André Lamontagne, doit s’expliquer. L’engagement que son chef François Legault et lui ont pris à titre de candidats lors de la campagne de 2018 était clair et précis : ramener un CISSS au Centre-du-Québec. Il n’était alors pas question de consensus régional ou d’autre forme d’accommodements conditionnels à sa réalisation », à déclarer Linda Desrochers, présidente de la CCID qui représente plus de 650 entreprises et 1350 délégués dans la MRC de Drummond.

Concernant toute dérogation à l’engagement électoral ou toute proposition de compromis tel qu’évoquée récemment par le ministre dans une entrevue à L’Express de Drummondville, la présidente Mme Desrochers est catégorique : « Les informations en notre possession, nous donnent d’excellentes raisons de croire que l’engagement électoral de la CAQ ne sera pas tenu dans sa forme initiale. Nous ne nous satisferons pas de modifications d’organigramme et de changements cosmétiques. André Lamontagne a pris un engagement clair en la création du CISSS pour le Centre-du-Québec pour obtenir la confiance des électeurs de la région et nous avons voté en conséquence. »

La Chambre de commerce et d’industrie de Drummond est un organisme de développement économique régional voué à l’essor d’une économie solide, viable et durable favorisant le mieux-être des membres de sa collectivité. Par ses prises de position, la CCID défend les intérêts collectifs de la ville de Drummondville et de la MRC de Drummond et joue un rôle dynamique de concertation dans des dossiers prioritaires liés à la croissance économique et à l’amélioration de la qualité de vie en région

-30-

Salaire minimum à 15 $ de l’heure

 

Drummondville, 29 janvier 2019 – Alors que la question du salaire horaire minimum à 15 $ revient dans l’actualité, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID) rappellent que la croissance du salaire minimum, révisé annuellement, doit se faire en tenant compte de l’inflation et de l’évolution du salaire moyen. À l’occasion de la hausse en 2018, portant le salaire minimum à 12 $/h, la chambre de commerce et sa fédération avaient souligné que celle-ci était supérieure à l’inflation, soit 6,7 %. Elles soutiennent de plus la décision gouvernementale, en 2016, d’augmenter graduellement le salaire minimum jusqu’à ce qu’il atteigne 50 % du salaire moyen, en 2020.

« Les entreprises ont à cœur d’offrir de bonnes conditions de travail à leurs employés et le salaire fait partie de ces questions », souligne Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ. « Cependant, c’est tout l’éventail des salaires dans le marché du travail qui subirait l’impact d’une hausse de 25 % et cela nuirait à la compétitivité des entreprises, notamment dans les secteurs de l’économie exposés à la concurrence étrangère comme le secteur manufacturier, l’agriculture ou les ressources naturelles. »

Le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre met déjà une pression à la hausse sur la rémunération, dans plusieurs secteurs, sans compter l’effet de sédimentation créé par les modifications aux normes du travail et la réforme du régime des rentes du Québec. « La marge de manœuvre financière des entreprises d’ici est constamment réduite alors que la concurrence est vive », commente Mme Linda Desrochers, présidente de la CCID.

Pour la FCCQ et la CCID, il faut considérer l’ensemble des moyens à la disposition des gouvernements pour améliorer la condition de vie des travailleurs au salaire minimum. De plus, l’effet d’un bond du salaire minimum actuel à 12 $/h à un salaire horaire minimal de 15 $ ne serait pas le même sur un adulte chef de famille monoparentale, un étudiant et un travailleur expérimenté qui veut arrondir ses fins de mois. « Dans chacune de ces situations, ce n’est pas le salaire minimum qui fait la différence sur le revenu disponible, mais bien les mesures fiscales et de soutien aux personnes à faible revenu », insiste Stéphane Forget. « Il est par ailleurs à craindre qu’un étudiant serait tenté d’abandonner ses études en considérant son revenu suffisant, au salaire minimum. À l’inverse, le contexte fiscal actuel pénaliserait encore davantage un travailleur expérimenté, qui ne verrait plus d’un bon œil de rester actif dans le marché du travail », ajoute Mme Desrochers.

La FCCQ encourage donc le gouvernement du Québec à poursuivre la hausse graduelle du salaire minimum en suivant la tendance adoptée précédemment, étant d’accord avec l’objectif mais recommandant la prudence sur la façon de faire. « Une hausse graduelle et prévisible du salaire minimal bonifie la capacité de payer des travailleurs à faible revenu et favorise une hausse de la consommation, sans provoquer un choc sur la compétitivité des entreprises québécoises », conclut la présidente de la CCID.

-30-

MENU