Profil membre

Nouvelles

calendrier jeudi, 9 juillet 2020

Passer d’un état de crise à la relance économique pour retrouver l’élan des dernières années

Portrait économique et budgétaire du Canada

Drummondville, le 9 juillet 2020 – La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie de Drummond (CCID) prennent acte du déficit se chiffrant désormais à 343,2 milliards de dollars pour l’année en cours, présenté par le ministre des Finances, M. Bill Morneau, dans le cadre du portrait économique et budgétaire du Canada. La FCCQ et la CCID attendent également toujours le dépôt d’un plan budgétaire contenant une série de mesures structurantes, afin de réaliser correctement la relance économique.

« Nous comprenons qu’il s’agit d’une crise exceptionnelle qui nécessite des dépenses publiques colossales pour passer au travers de cette crise et être en mesure de rebondir. Maintenant, il faut s’assurer de prendre les mesures nécessaires à la relance économique, et lorsque nous aurons repris notre élan, maintenir un ratio dette/PIB plus bas que les pays industrialisés et des taux d’intérêt faibles », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

« Au cours des dernières années, alors que l’économie fonctionnait à plein régime, nous demandions aux gouvernements de retrouver l’équilibre budgétaire dans nos finances publiques, afin que nous puissions avoir les marges de manœuvre nécessaires pour affronter une tempête, en limitant les conséquences pour les prochaines années. Nous y sommes, et il reste tout de même important de demeurer présent pour répondre aux besoins des entreprises et assurer la survie d’un maximum d’entre elles », a poursuivi M. Milliard.

Des mesures attendues par le milieu d’affaires québécois

La FCCQ et la CCID s’attendent à ce que le fédéral facilite davantage l’accès des locataires commerciaux à l’aide financière pour le paiement de leur loyer. Force est de constater que l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) n’offre pas l’aide attendue pour bon nombre d’entreprises, étant donné les critères trop restrictifs.  Afin que les industries qui se déconfinent progressivement puissent reprendre leurs activités le plus rapidement possible, la FCCQ et la CCID réitèrent qu’il est primordial de revoir les critères entourant l’admissibilité à la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et la prestation canadienne d’urgence pour étudiants (PCUE). « Ces programmes devraient prendre en compte les besoins des entreprises en nombre de travailleurs et encourager le retour au travail. Dans sa forme actuelle, le programme ne représente pas un incitatif au travail et complique le recrutement de travailleurs », a mentionné Charles Milliard.

« Dans la MRC de Drummond, des entreprises sont prises à la gorge ou ferment leur porte entre autre parce que leur propriétaire ne fait pas l’effort de participer l’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) ou manquent de main-d’œuvre. On nous appelle pour nous mentionner que la main-d’œuvre n’est pas au rendez-vous parce qu’elle préfère bénéficier de la PCU particulièrement au niveau des jeunes », a souligné Mme Alexandra Houle, directrice générale de la CCID.

De plus, nous sommes toujours en attente des ajustements annoncés quant aux conditions d’admissibilité à la subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC). Le pourcentage de 30% de pertes de revenus et les démarches administratives complexes afin d’y avoir droit sont un frein à l’utilisation de ce programme de soutien au revenu des travailleurs. La subvention salariale devrait notamment être modulée, en fonction d’une reprise graduelle de l’économie et s’éloigner du tout ou rien actuel.

Des aides directes nécessaires pour les secteurs du transport aérien et du tourisme, notamment

Le Premier ministre Justin Trudeau a reconnu aujourd’hui que des secteurs de l’économie étaient plus touchés par la crise et prendraient plus de temps à se remettre sur pied. Pour la FCCQ et la CCID, des secteurs comme le tourisme, l’événementiel et le transport aérien régional, pour ne nommer que ceux-ci, devraient obtenir une aide sectorielle directe et ciblée. Le gouvernement devrait explorer sérieusement les possibilités de verser une aide d’urgence aux entreprises de ces secteurs.

« Pour le secteur du tourisme, nous reconnaissons qu’un premier pas a été franchi par le gouvernement fédéral avec le versement d’une aide de 30 M$. Cependant, une aide plus significative, qui permettrait notamment aux entreprises de payer leurs frais fixes, est toujours nécessaire pour assurer l’avenir des entreprises du secteur », a souligné Charles Milliard. « Et que fait-on pour le secteur de l’événementiel, les grandes rencontres d’affaires, les spectacles, etc. Pour ces entrepreneurs, la crise est loin d’être terminée! », a ajouté Mme Houle.

 

-30-

MENU